S.E. de la Gironde – 6 Les locomotives à vapeur

Les 16 premières machines des Economiques furent des 030 construites par la SACM de 21 à 26,5 t.

Elles furent immatriculées à partir de 3001, et portaient les noms de communes desservies par les Economiques de la Gironde, soit, dans l’ordre des numéros : Bordeaux, Lesparre, Lacanau, Arès, Audenge, Salles, Belin, Hostens, St-Symphorien, Saint-Médard, La Brède, Beautiran, St-André-de-Cubzac, Bourg, Blaye, St-Ciers-la-Lande. Cette dernière portant donc le n° 3016.

La 030 SACM immatriculée 3007 et baptisée “Belin”. En 1948 elle avait parcouru 1.289.995 km.
Extrait du registre d’entretien de la 3017 “Blaye”.

La première tranche de livraisons fut évidemment suivie de bien d’autres. La suite commence évidemment avec la 3017 :

Machine n°3017 baptisée “Etauliers”, dans un contexte typique des Economiques, celui des scieries et de leurs fameuses piles de bois.
La même machine en modèle réduit, ce qui nous permet de la voir en couleur. Modèle réduit de G. Marchais.

Décrire toutes les machines livrées à la S.E. Gironde nécessiterait un document très fourni, difficile à consulter sur un site web. Il y eut de nombreux rachats de machines d’occasion, comme par exemple les fameuses machines Engerth à tender articulé et motorisé, et même, pendant la Seconde Guerre, des 030-A Forquenot, de la fin du XIXe s. mais particulièrement robustes puisqu’elles terminèrent leur service à la manœuvre dans les années 60 au dépôt de Bordeaux-Bastide.

En 1944 l’arrivé de machines diesel provoqua une fin assez brutale de la traction vapeur entre cette année-là et 1946. Les dernières machines furent éteintes définitivement comme suit :

  • avr. 1947 – la 3042 à St-Symphorien
  • avr. 1947 – la 4043 à St-Symphorien
  • oct. 1947 – la 3023 à St-Ciers-sur-Gironde
  • fév. 1948 – la 3002 à Lacanau ou Lesparre (?)
  • avr. 1948 – la 3017 à St-Ciers-sur-Gironde
  • sep. 1948 – la 3007 à Arès ou Facture (?)
  • mar.1951 – la 3025  à St-Ciers
  • juil. 1953 – la 3020 – quelque part sur la ligne du Blayais. Ce fut donc la dernière.

Aucune machine livrée aux Economiques n’a survécu. Les deux machines reprises par l’ABAC pour Labouheyre-Marquèze, aujourd’hui remisées à Sabres, proviennent d’autres réseaux.

A suivre : Les machines diesel.

Revenir au sommaire