Les constructeurs : Dyle & Bacalan

Le plus connu des constructeurs bordelais est certainement DYLE & BACALAN. Récapitulatif historique :

  • 1854 : M. Maldant, constructeur de chaudières et pompes à feu, fonde les Ateliers de Bacalan (matériel ferroviaire et maritime). Ils sont repris par M. Arman qui les nomme “Ateliers Bordelais”, puis par la “Compagnie des Chantiers et Ateliers de l’Océan” (chaudières, entre autres) qui emploiera jusqu’à 3000 ouvriers. Cette société fabriquera l’un des premiers cuirassés.
  • 1871 : faillite. 1871 : liquidation.
  • 1872 :  M. Delahante la reprend, lui rend son nom initial de “Ateliers de Bacalan”.
  • 1877 : construction de  wagons pour transport de bidons à lait. Un exemplaire est aujourd’hui préservé dans l’Eure ; c’est le plus ancien wagon classé Monument Historique.
  • vers 1880 – 1890 : construction de wagons pour les Chemins de Fer Economiques de la Gironde. Plusieurs exemplaires préservés en état moyen au Train Touristique de Guîtres (3 wagons couverts, 2 wagons tombereaux, 1 wagons plateau, 1 wagon grue).
  • 1879 : fusion avec les Ateliers de la Dyle à Louvain (Belgique).
  • 1892 : la production ferroviaire est plus importante que la construction navale.
  • 1896 : construction de voitures pour le Tramway de Cadillac. Un exemplaire est aujourd’hui préservé en Région Parisienne.
  • 1911 : alors que les châssis d’avion sont fabriqués en bois, D & B expose un modèle d’un genre nouveau, en acier.
  • 1912-1915 : construction d’automotrices électriques pour la Cie du P.-O. et la Cie du Midi. Un exemplaire, bien que classé Monument Historique, est scandaleusement laissé en ruine par la SNCF au Dépôt de Limoges, malgré la volonté du Ministère de la Culture.
  • 1914 : D & B monte un nouveau site de production à St-Denis, pour palier celui de la Dyle, perdu en raison de l’occupation allemande de la Belgique.
  • 1924 : l’ensemble des employés, sur tous les sites y compris la Belgique, est de 5000 ouvriers. Le site de la Dyle est reconstruit. L’ensemble de la surface des sites est de 740.000 m2.
  • 1925 : création d’un bureau d’études aéronautiques.
  • Après 1927 : D & B construit des wagons à  minerai, des automotrices, des voitures à voyageurs, des tenders de locomotives, et compte parmi ses clients la Compagnie Internationale des Wagons-Lits. D & B possède aussi un site de production sur le Quai de Queyries à La Bastide.
    D & B se fait connaître aussi par la construction d’installations frigorifiques industrielles, y compris pour les navires.
    La construction de matériel roulant est aussi confiée au site belge de la Dyle.
    D & B construit aussi des lignes de chemin de fer à l’étranger, mais aussi celle du téléphérique de l’Aiguille du Midi (1927).
  • 19?? : Dyle & Bacalan devient la Société Aérienne Bordelaise (SAB) (mais la production ferroviaire reste identifiée D & B).
  • 1929-1931 : construction pour la Compagnie du PLM de 195 voitures à voyageurs de type C11, convertibles en voitures ambulances pour l’Armée (voitures “sanitarisables”). Au moins 7 voitures sont aujourd’hui préservées, dont 6 sont classées par les Monuments Historiques.
  • 1935 : la SAB devient Société Aéronautique du Sud-Ouest (SASO)
  • 1936 : construction de rames automotrices Z-4100, qui desservirent la ligne de la Pointe-de-Grave jusque dans les années 1980. Au moins une voiture est préservé à Martel.
  • 1937 : la SASO est incorporée à la SNCASO.

Etrangement, la construction ferroviaire de Dyle & Bacalan a failli tomber dans l’oubli alors que plusieurs éléments de ce patrimoine sont aujourd’hui préservé (et même en service pour certains).