S.E. de la Gironde – 7 Les locomotives diesel

En 1944 l’armée américaine débarque à Cherbourg 10 locomotives diesel General Electric de type BB 150/150 4 GHM 833 numérotées de 27528 à 27537. L’Armée américaine, en les incorporant dans son servce “Transportaton Corps” les renumérote en supprimant le premier chiffre, soit de USA-TC 7528 à USA-TC 7537.

En 1946 la Société des Economiques en fait l’acquisition. Elles remplacent les 18 dernières locomotives à vapeur encore en service, qui étaient non seulement vétustes, mais qui contraignait la S.E. a indemniser les propriétaires suite aux incendies causés par les escarbilles (43 millions d’anciens francs entre 1942 et 1946).

Le réseau girondin est le premier réseau d’interêt local à passer aussi radicalement de la vapeur au diesel, même si quelques machines vapeur subsistent encore.

Ces machines sont réimmatriculées par la S.E. : de  US Army  7528 à 27537 elles passent à D-4028 à D-4037, où la lettre D indique 4 essieux moteurs. Les deux derniers chiffre des numéros de construction resteront donc jusqu’à la fin.

Ces machines pèsent 67,5 t., sont équipés de deux moteurs de 250 cv. chacun,  et peuvent atteindre la vitesse de 65 km/h. Mais la  S.E. limite la vitesse en service à 25 ou 30 km/h en service marchandises, et 30 ou 40 km/h en service voyageurs. Elles peuvent remorquer en palier 1.500 t. à 10 km/h ou 1000 t. à 30 km/h.

Elles sont mise en service en Août 1946.

Le D-4036 à Bordeaux-St-Louis en 1953.
Le D-4029 à Arès le dimanche 30 août 1958, en tête d’une rame d’anciennes voitures du métro de Londres.

Quelques particularités :

  • le 4030 fut un engin atypique : il n’était pourvu que d’un moteur. Pour cette raison il était repérable à la différence d’aspect entre les deux bogies. Il fut affectée à la ligne du Blayais, puis passa à l’Usine de la Cellulose du Pin le 1/10/1961, où on l’équipa d’un deuxième poste de conduite pour faciliter les manœuvre.
  • quelques engins, mis à rude épreuve (notamment lors de circulations sur le réseau SNCF à Bassens, St-Mariens et même Bayonne), virent leurs moteurs Cummins remplacés par des Beaudoin type marine série DNP-I de 310 cv.  Le 4037 ne fut traité que partiellement, et se retrouva donc avec 1 moteur Cummins d’origine et 1 moteur Baudoin. Le 23 mars 1974 il remorqua une charge totale de “480 à 750” tonnes entre St-Symphorien et Factures.
  • le 4032 et le 4036 furent équipés en moteurs Baudoin en 1975.

En 1954 la réduction d’activité de la S.E. entraîna leur location à la SNCF. En 1966 la CFTA reprend l’exploitation du réseau. Les machines diesel passent de la livrée vert uni à une livrée verte avec bandes jaunes sur les arrêtes de la carrosserie et sur les longerons de châssis.

D-4031 en tête d’un train de marchandises. Le matériel tracté date de la fin du XIXe s., les wagons plats portent des containers de la Cellulose du Pin.

A la fermeture du réseau en 1978, la CFTA loue 6 machines (4031, 4032, 4034, 4035, 4036 et 4037) à la SNCF qui les utilise sur Bassens et sur la liaison St-Mariens-Barbezieux, tout en les basant à Bordeaux-St-Jean. Leur immatriculation change de lettre, de “D” à “BB”.

Ces 6 machines sont retirées du service SNCF en 1983. La page se tourne avec la dispersion des exemplaires.

  • 4028 :  acquis par l’ABAC et mis en service sur la ligne touristique Labouheyre-Sabres-Marquèze. Il est aujourd’hui garé en bon état à Sabres.

  • 4029 : a assuré jusqu’à la fermeture la traction sur Facture-Lacanau, puis est devenu une réserve de pièces à St-Symphorien. C’est certainement lui qui s’y trouve aujourd’hui à l’état d’épave.

  • 4030 : a terminé son service à la Cellulose du Pin le 30/03/1978, puis est devenu également une réserve de pièces.
  • 4031 : retiré du service SNCF en 1983 et ferraillé.
  • 4032 : après avoir été transféré au dépôt CFTA de Gray en 1983, il a subi une grande révision (SNCF), après quoi il a été capable de démarrer un rame de 800 t. en rampe de 9 p/mille. Il est aujourd’hui préservé au CFTR en compagnie du 4037.

  • 4033 : a été acquis par le DDE de la Gironde, qui l’a confié au Train Touristique de Guîtres dans les années 80, lequel l’a prêté au TVT pour son service marchandises à Richelieu. Après quoi il est revenu pour être préservé au TTGM où il est toujours en service. C’est sans doute le seul engin de cette série qui est resté en service actif en continu depuis 1944, et qui de plus a retrouvé sa livrée CFTA.

  • 4034 : retiré du service SNCF en 1983 et ferraillé
  • 4035 : retiré du service SNCF en 1983 et ferraillé
  • 4036 : après avoir été transféré au dépôt CFTA de Gray en 1983, il a subi une grande révision et a été utilisé au dépôt CFTA de Clamecy et comme engin de manœuvre à St-Dizier. En 2014 il se trouvait sur une ligne touristique en projet à Wassy, étant devenu propriété du C.G. de la Haute-Marne. Le projet d’exploitation n’yant pas abouti, le C.G. l’a vendu à un ferrailleur. Il a alors été acquis par Sébastien Kieffer, membre du CFTR, où il est aujourd’hui préservé en compagnie du 4032.

  • 4037 : acheminé au dépôt CFTA de Gray en 1983 et a eu son pupitre de commande modernisé. Sa situation n’est pas connue.

A suivre : Les voitures à voyageurs.
Mise en ligne prévue dimanche 4 novembre en fin de soirée.

Revenir au sommaire