Notre contribution au Train de La Sauve

Notre association soutient l’action d’Alain Boizard, Maire de La Sauve-Majeure, qui a décidé de dynamiser le tourisme de la commune en ajoutant une alternative à la fameuse Abbaye girondine : rendre à la gare de La Sauve son ambiance ferroviaire.

Le projet a été voté à l’unanimité par le Conseil Municipal, et remporte le soutien du Conseil Départemental de la Gironde.

La Gare de La Sauve est traversée par la piste cyclable Roger Lapébie, qui reprend le tracé de l’ancienne ligne. Le fait est là. Comment tirer partie de cette situation ? Alain Boizard a trouvé la solution : faire de la Gare de La Sauve un relais d’hôtellerie insolite basé sur la culture ferroviaire.

Pour que la combinaison fonctionne l’astuce consiste à affecter une partie des voitures voyageurs à l’activité d’hôtellerie tandis qu’une quantité équivalente de matériel fait office de musée. C’est alors l’ensemble de la gare qui offre aux visiteurs un contexte ferroviaire des années 50.

Le projet se décline comme suit :

  • remise en état d’origine de tous les bâtiments de la gare
  • repose de la voie 2 sur 250 m. le long de la halle à marchandises
  • installation d’une quinzaine de voitures et wagons
  • activité d’hôtellerie insolite et de restauration de produits locaux
  • exposition permanente sur l’ancienne ligne Bordeaux-La Sauve ainsi que sur le constructeur Dyle & Bacalan
  • animations régulières sur un espace dédié

Importations et rapatriement de matériel ancien

Alain Boizard a commencé ses recherches sans avoir de contacts avec le milieu de la préservation ferroviaire. Un site a alors attiré son attention : www.tvnp.fr/PFF qui recense depuis plusieurs années le matériel ancien préservé en France. Alain Cassagnau en est le webmaster mais est aussi Président de l’association Mémoire Ferroviaire de Bordeaux… La collaboration mise en œuvre a permis d’identifier rapidement le matériel à récupérer, en fonction des besoins du projet, mais aussi de certains critères locaux, comme l’origine girondine ou bordelaise de certaines voitures, notamment deux voitures construites par Dyle et Bacalan.

Alain Boizard a alors entamé un vaste périple : Clermont-Ferrand, Pyrénées, Nord de la France, Région parisienne et même Belgique. Le résultat est impressionnant :

 

L’apport de notre association a consisté à l’identification et au repérage des wagons, et continuera avec l’apport documentaire indispensable aux restaurations du matériel.

Notre dernière contribution aura été l’inclusion dans la collection de La Sauve d’un couvert “Etat II”, surveillé et acquis par notre association, avec la complicité très active de l’assocation “Le Train de La Sauve”, que nous remercions. Photos du transport.